Code d’éthique du BSOH

Le Code d'éthique du BSOH dicte le code d'éthique des membres du conseil d'administration du BSOH et les principes généraux appliqués par la Société.

Principes éthiques des membres du conseil d'administration du BSOH
La Belgian Society for Occupational Hygiene vise à faire progresser, promouvoir et développer l'hygiène du travail et à améliorer et maintenir un environnement de travail sûr et sain pour tous.
Les membres du conseil d'administration du BSOH s’attellent à accorder la priorité aux intérêts en matière de santé et de sécurité liés à la protection des personnes et à agir de manière à promouvoir des principes scientifiques fondés, une intégrité et une image positive de la profession, conformément aux normes morales, éthiques et juridiques acceptées.

Responsabilités envers les organisations professionnelles, la profession et le public.
     Afin de satisfaire aux politiques et aux règlements organisationnels et juridiques, les membres du conseil d'administration de BSOH s’engagent à :

  1. Se conformer aux lois, règlements, politiques et normes éthiques régissant la pratique professionnelle de l'hygiène du travail et les activités apparentées.
  2. Collaborer avec les associations professionnelles et les organismes d'accréditation en ce qui concerne les questions d'éthique et la collecte de renseignements liés à une question d'éthique.
  3. Informer les organisations et agences concernées de violations apparentes des normes éthiques applicables aux organisations professionnelles sur une base factuelle claire et raisonnable.
  4. S'abstenir de tout comportement public qui viole clairement les normes professionnelles, éthiques ou légales reconnues.
  5. Promouvoir l'égalité des chances et la diversité dans les activités professionnelles.
  6. Soutenir et diffuser les principes éthiques de l'association à d'autres professionnels.

 
Principes généraux du BSOH pour le code d’éthique de l'hygiène du travail
1. Responsabilité professionnelle
Principes de cette responsabilité
Les hygiénistes du travail ont la responsabilité d'exercer leur profession de façon honnête et compétente, conformément aux principes reconnus de l'hygiène du travail qui reconnaissent que la vie, la santé et le bien-être des individus dépendent de leur jugement professionnel. Ils évitent les circonstances qui pourraient compromettre leur jugement professionnel ou donner lieu à des conflits d'intérêts, afin de pouvoir garantir l'intégrité de leur profession. Ils effectuent leur travail conformément aux normes convenues en matière d'assurance de la qualité.

2. Responsabilité à leur égard et à l'égard des autres
Objet de cette responsabilité
Les hygiénistes du travail s’attachent à maintenir un degré élevé d'intégrité et de compétence, utiliser des méthodes scientifiques appropriées et interpréter leurs résultats de bonne foi et de manière neutre. Ils doivent partager les connaissances scientifiques pour le bien-être des travailleurs, de la société et de la profession, protéger les informations confidentielles et ne traiter que des sujets qu’ils maitrisent. Ils appliquent une approche systématique fondée sur une analyse solide des dangers, des risques et des méthodes de gestion des risques.

3. Responsabilité envers les employés
Protection de la santé et du bien-être des employés
Les hygiénistes du travail doivent reconnaître que leur premier devoir est de protéger la santé et le bien-être des employés. Ils adoptent une approche objective de l'appréciation, de l'identification, de l'évaluation et du contrôle des risques pour la santé, sans se soumettre à des influences extérieures. Ils ont conscience que la santé et le bien-être des employés et des autres personnes dépendent de leur compétence et de leur jugement professionnel. Ils visent à offrir le même niveau d’attention, d'une manière équitable, à tous les employés.

4. Responsabilité envers les employeurs et les clients
La base des relations avec les employeurs et les clients
Les hygiénistes du travail doivent conseiller les employeurs et les clients de façon honnête, responsable et compétente. Ils doivent respecter la confidentialité et s'acquitter correctement de leurs responsabilités envers les employeurs et les clients. Cependant, ces responsabilités sont subordonnées à leur responsabilité ultime, qui est de protéger la vie et le bien-être des employés. Ils conseillent les employeurs et les clients sur les normes, directives et autres exigences légales en vigueur dans le domaine de l'hygiène du travail. Ils rendent compte de leurs résultats et font leurs recommandations d'une manière sincère et honnête et s'assurent que leur jugement professionnel n'est appliqué que dans leur propre sphère de compétence et d'expertise. Ils gèrent et fournissent leurs services professionnels de manière à assurer un niveau élevé de qualité et de fiabilité des rapports, en ce compris, l’encodage et l’explication des résultats obtenus et les conclusions qui en découlent.

5. Responsabilités à l'égard du public et de l'environnement
L'impact des décisions sur la santé publique et l'écologie
Les hygiénistes du travail doivent tenir compte de l'impact éventuel des décisions et des mesures qu'ils prennent sur le public et l'environnement. Ils donnent des conseils honnêtes, efficaces et pragmatiques à toutes les parties concernées par les risques pour la santé et les moyens de protection. Ils appliquent les principes de l'hygiène du travail de manière responsable pour contribuer à la création et au maintien d'un bon environnement pour tous.

6. Responsabilités envers la communauté
La gestion des conflits d'intérêts
Les hygiénistes du travail doivent s’appuyer sur le principe selon lequel les employeurs, les clients, les employés et le public ont des intérêts communs dans la gestion des risques qui pèsent à la fois sur la communauté du travail et sur la population générale. Cependant, si des conflits d'intérêts apparaissent, ils doivent être résolus de manière à nuire le moins possible aux travailleurs, à l'environnement et à la communauté.
 
 
Mécanisme d'administration
Le code de déontologie est publié sur le site Web du BSOH.
Il sera fait référence à ce document lors des présentations en lien avec le BSOH.
Si un membre du BSOH ou un membre du conseil de BSOH identifie une infraction au présent code d’éthique, le président ou le vice-président doit en être informé. Ils constitueront un comité d’éthique. Celui-ci devrait être composée de membres du conseil d’administration du BSOH pouvant agir de manière indépendante.
Au cas par cas, le comité d’éthique ouvrira une enquête et identifiera les actions appropriées.
Un retour d’information sera fourni aux réunions du conseil d'administration du BOSH sous le couvert de la confidentialité.